• par (Libraire)
    18 novembre 2017

    Doux rêveur, Frédéric a plutôt tendance à subir sa vie. Devenu gardien de musée par la volonté des autres plus que par la sienne propre, il est bientôt victime du "syndrome de Stendhal": face à l'art qui l'entoure il est pris d'angoisse, de vertiges et d'hallucinations qui le font converser avec les œuvres. Il apprend à les apprivoiser, à les comprendre et lui qui n'y connaissait rien glisse petit à petit vers une conscience de l'art sublimée, au détriment de sa santé mentale et de sa personnalité...
    Une bonne introduction à la philosophie de l'art, sans être lourdes des pistes de réflexions sont données au lecteur qui s'interroge sur la légitimité de certaines œuvres en musée. Frédéric est un personnage sympathique qui met un peu de légèreté sur un sujet dense.