Piano ostinato
Éditeur
Le Mercure de France
Date de publication
Collection
bleue
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Piano ostinato

Le Mercure de France

bleue

Indisponible

Autre version disponible

Moins de dix minutes à tenir, Allegro Vivace, Gilles plonge dans une nuit
noire, la douleur fait vriller sa tête, mais je joue, je joue encore, je
déroule mes arpèges sans parvenir à comprendre où je trouve la force, reprise
des tutti, l’orchestre brille, et les cordes reprennent en chœur, j’y
retourne, je joue, je ne sens plus mes mains, plus mes bras, je n’ai plus de
corps je crois, c’est mon chemin de croix, cadence finale, nous y sommes, ce
grand silence que j’attendais, je me lève, hagard, je salue machinalement, et
ils applaudissent, et applaudissent encore, ni plus ni moins que d’habitude en
fait… Même si personne n’a rien remarqué de son trouble, la vie de Gilles
Sauvac, pianiste, vient de basculer ce 7 janvier dans une grande salle de
concert parisienne. Au milieu du Concerto en la mineur de Robert Schumann, la
douleur que ressent Gilles au niveau du majeur droit est intenable. Et va
s’installer durablement. Pour reprendre son souffle, Gilles se met à nager
sans relâche.
S'identifier pour envoyer des commentaires.